Orient Occident

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

Blog

Le paradis dans le Christianisme

Publié le 18 février 2017 à 13:05


Le mot, du grec' paradéisos, est employé trois fois dans le Nouveau Testament

(Evangile de Luc, XXIII, 43 ; Il Corinthiens XII, 4; Apocalypse, II, 7) sans qu'il soit défini. Mais il désigne, comme le mot ciel ou cieux, la séjour de Dieu, le lieu où le Christ mort et ressuscité s'est rendu, où vont les justes. Plusieurs cieux sont distingués, sans explication, dans la 1re épître aux Corinthiens, XII, 2 (Ephésiens, IV, 10).

Dans le christianisme, la vie future a été longtemps conçue avec tout un cortège d'idées et d'images terrestres : le Paradis était comme une forteresse située à l'Orient, avec trois portes que défendaient les anges et dont Saint Pierre gardait l'entrée; les élus, placés sur des trônes d'or et de pierreries, revêtus de robes d'une éclatante blancheur, mêlaient leur voix à celle des Chérubins et des Séraphins pour chanter les louanges de Dieu, s'accompagnaient de divers instruments, étaient admis à la table divine, etc. Toutes ces figures de langage prenaient un corps dans les bas-reliefs et dans les peintures des églises.

Avec le temps le paradis attendu par les chrétiens n'a plus été déterminé à une localité particulière : c'est devenu un état de bonheur et de délices sans mélange, dans lequel on jouira de la plénitude de la majesté divine. Les anges et les bienheureux, qui partagent cette félicité suprême, ne connaissent ni les plaintes, ni la terreur, ni les souffrances, ni la mort.

Les âmes de ceux qui sont morts dans la grâce de Dieu sont admises dans le paradis, soit immédiatement, si elles sont pures; soit après qu'elles ont achevé de se purifier dans le purgatoire; mais, après la résurrection générale, les justes jouiront en corps et en âme de ces délices ineffables; les corps seront alors doués de quatre qualités qui les assimileront en quelque sorte aux esprits, à savoir : la clarté ou la splendeur, l'agilité, la subtilité et l'impassibilité ou l'immortalité. Plusieurs auteurs ou orateurs sacrés ont cherché à faire la peinture des délices du paradis: ce sont autant de tentatives malheureuses, car ce bonheur est ineffable; saint Paul en dit beaucoup plus que ce que l'imagination la plus vive pourrait supposer ou inventer, par ces simples paroles :

L'oeil de l'homme n'a point vu; son oreille n'a point entendu, et son esprit ne saurait concevoir ce que Dieu prépare à ceux qui l'aiment.


Catégories : Aucun

Publier un commentaire

Oups !

Oops, you forgot something.

Oups !

Les mots que vous avez saisis ne correspondent pas au texte affiché. Veuillez réessayer.

0 commentaires